Contre le krach démocratique, un plan de relance citoyen!

Un récent sondage, même si les tendances qu’il indique doivent être confirmées par d’autres sondages et dans les prochains mois, révèle à quel point notre pays risque de connaitre de ce que l’on peut appeler un krach démocratique lors des élections régionales. Les deux partis UMP-PS dominant la vie politique française depuis des lustres sans que la situation du pays s’améliore sont toujours bien installés même s’ils ne représentent plus qu’un français sur deux. L’extrême droite refait surface (FN à 9%), la gauche de la gauche semble s’éloigner des exécutifs fussent-ils locaux. Les forces de rénovation de la vie politique reculent (Europe écologie : 15%) ou s’effondrent (MoDem 6%). Comme un krach boursier est un effondrement des valeurs des titres à la Bourse, si aucun sursaut n’intervient d’ici les 14 et 21 mars prochains,  notre pays subira encore plus fortement un nouvel abaissement de la vitalité de son système politique, provoquant la ruine des espoirs des citoyens.

D’ailleurs, pour décrire cette situation politique, il est tentant et aisé d’établir un parallèle avec la crise financière puis économique que nous subissons toujours.

La perte du sens. Le dévoiement du « système » est, dans la sphére économique, représentée par la financiarisation qui déconnecte l’économie à la fois des réalités et de son objectif premier qui est de subvenir aux besoins d’une population en croissance et souffrant pour un sixième d’entre elle de la faim. Dénoncé avec brio par François Bayrou en 2007 (voir pour un retour aux sources du MoDem) le dévoiement de notre système politique est de même ordre. L »alternance de majorités de « circonstances » ou de « confrontations droite/gauche », incapables de réformer en profondeur et de manière juste le pays, conduisent à ce que soient toujours plus nombreux les français qui se détournent du débat démocratique. De ce fait, hélas, de moins en moins les citoyens se soucient de l’intérêt général et de faire Cité (ce qui est la raison d’être de la politique). Que l’on parle de « maison commune » à propos d’un rassemblement de partis de gauche en est une belle illustration, comme si la « maison commune » à tous n’était pas la République??? Le plan de relance citoyen devra donc redonner du sens aux actions politiques et retrouver le sens de la politique qui est de chercher, avec le Peuple et pour le Peuple, l’intérêt général.

La perte du sens commun. La dérégulation du système, dans la sphére économique s’est traduite par exemple par l’accumulation de bourdes monumentales des milieux financiers opérant en dehors des règles de l’art comme du bon sens commun le plus élémentaire : crises des subprimes, rehausseurs de crédits, pertes de trading, affaire Madoff…. Nous pourrions multiplier les exemples où le non respect des règles édictées au nom de l’intérêt général, ou fixées par les acteurs économiques eux-mêmes au nom de la bonne régulation d’un marché ou d’une zone économique donnée ont été piétinées sans vergogne avec les conséquences désastreuses que l’on sait. D’actifs toxiques, en perte de confiance généralisée entre les acteurs économiques et des citoyens vis-à-vis du « système » ou des salariés envers leurs entreprises nous assistons au remplacement des fondements d’une économie de développement par des pratiques crapuleuses « d’économie casino ». La starisation des leaders d’opinion, la peopolisation de la vie politique, la gadgétisation des débats politiques essentiels dans le seul but d’émouvoir l’opinion plus que de former un avis du Peuple souverain, les « annonces politiques' » formatées pour les JT du 20h plus que les projets pour les débats au Parlement… bref cela fait longtemps aussi qu’en politique l’Etat spectacle a remplacé le Peuple de citoyens mais la situation ne fait qu’empirer… Le plan de relance citoyen devra donc réhabiliter les règles et les usages du débat démocratique et exiger des responsables politiques de respecter le Peuple en s’adressant à l’intelligence des citoyens plus qu’à la veulerie « de l’opinion » quand il s’agit de déterminer le bien commun. Les citoyens doivent bouter la démocratie d’opinion (la doxocratie) hors de France.

La perte du sens moral. La déresponsabilisation du système, dans la sphère économique,  résulte de l’absence ou l’impuissance d’autorités régulatrices au plan international, continental ou national ayant autorité et pouvoir de contrôler et sanctionner les acteurs économiques et/ou les Etats acteurs ou complices du dévoiement ou de la dérégulation du système.  L’absence de contre-pouvoirs dignes de ce nom faisant courir de ce fait des risques sur les actifs, les investissements et les emplois de l’immense majorité des agents économiques a conduit à la ruine ou au désespoir bon nombre d’entre eux, sans que les coupables n’en endossent de manière proportionnées la responsabilité et sans que la communauté internationale ou les autorités nationales ne les mettent suffisamment hors d’état de nuire à nouveau, en renforçant notamment les contre pouvoirs. Pour une tête tombée pour le symbole (Madoff, Kerviel,…), combien d’apprentis sorciers continuent-ils à oeuvrer au profit d’un système sans but légitime et sans règles contrôlables par les parties prenantes de la société (actionnaires, salariés, consommateurs, Etat, collectivités, associations….)? En ce moment la mode est particulièrement à l’affaiblissement systématique des contre-pouvoirs, au Parlement, dans les collectivités territoriales, dans les médias, la société civile, … et même au sein du parti majoritaire. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que par culture a-démocratique, comme par double tradition de méfiance vis-à-vis des corps intermédiaires et du « contrat », y compris à l’intérieur des partis politiques français, nous avons été souvent incapables d’organiser de manière efficaces les outils permettant de lutter contre les abus de pouvoir. Le plan de relance citoyen devra donc réhabiliter les outils et les espaces de contre-pouvoirs et exiger des responsables politiques de se soumettre eux-même régulièrement au contrôle citoyen de l’exécution de leurs mandats autrement que par la seule sanction de la non-réélection. Les citoyens doivent ouvrir les yeux et cesser de croire que l’alternance politique réglera par enchantement un seul des maux du pays. Seule l’alternative citoyenne, c’est à dire comme l’avait exprimé François Bayrou, donner confiance à la société en promouvant « la France de toutes nos forces » est en mesure de donner un nouvel élan au pays.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Civisme et démocratie, Projet politique (généralités), Sur le net | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Un commentaire

Pour un retour aux sources du MoDem

A quelques jours d’un Conseil National que l’on sent décisif pour l’avenir du MoDem, avant de publier un billet sur la priorité du changement des comportements politiques (avant le projet, avant les alliances) et d’un autre sur le présidentialisme fossoyeur des espoirs de « la France de toutes les forces », il est urgent de redire que le MoDem doit être ni à droite ni à gauche mais Devant !

Ici il sera toujours avancé que lorsque l’on a rassemblé 18% des français sur la seule idée nouvelle pour la France et pour la vie politique de ce pays depuis des lustres à savoir « la France de toutes nos forces » non seulement cette idée réponds à une attente mais à un espoir qui traverse profondément le pays. Faut t’il redire qu’avant les présidentielles de 2007, donc avant la campagne de François Bayrou 33% des français ne se reconnaissaient ni dans la droite, ni dans la gauche…. Cela donnait semble t’il une bonne base électorale pour penser figurer un jour au second tour d’élections présidentielles… Donc croire et faire croire qu’il faut renoncer à cet élan et à cet espoir parce que les français ne le comprenne pas, c’est se laisser aveugler par une ambition présidentielle qui se serait beaucoup plus sûrement concrétisable en creusant ce sillon sans relache, par une opposition déterminée mais constructive marquée par le sens de l’Etat et l’intérêt général comme boussole idéologique ! C’est aussi céder aux oukases de ceux qui, à droite comme à gauche, redoutaient comme la peste un MoDem indépendant non vasalisé et « croupionnisé » en vulgaire petit parti satellite de centre gauche ou de centre droit.

Renoncer par la même, et pour les mêmes raisons, à l’autonomie systématique du MoDem au premier tour d’élections locales, là ou des « majorités d’intérêt local » peuvent prendre des configurations diverses, c’est renoncer à l’originalité du MoDem qui est d’être le porte-voix des citoyens venus de tous horizons politiques. C’est se laisser enfermer dans des jeux politiciens qui font des castings et des choix de leaders la priorité sur la confrontations des projets et la constitution de majorités d’idées et d’actions !!!!

C’est interdire à la France de respirer politiquement en ayant l’impossibilité d’expérimenter des majorités locales ou régionales différentes de celle qui pourrait être amenée à conduire les destinées du pays (cela ne se pratique t’il pas sans drames dans d’autres pays?) De qui se moque t’on si ce n’est du citoyen?????

Renoncer à être le MoDem « historique » c’est renoncer nous en avons l’intime conviction à être un mouvement politique à la fois utile et respecté….

C’est surtout renoncer à incarner une alternative à la politique d’avant… à la politique qui a toujours échoué et qui échouera encore demain même avec un Président MoDem, celle de la stérilisation des schizophrénies françaises et des lachetés devant la nécessaire dissolution des situations de rentes et d’intérêts privés devant l’impérieuse recherche de l’intérêt général…

Seule, effectivement, une France rassemblée autour de cette idée « neuve » aussi ancienne que de « faire Cité » en réunissant les forces des citoyens de tous horizons peut changer cela… y renoncer serait suicidaire pour le MoDem mais surtout pour le pays!!!

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans MoDem | Marqué avec , , , , , , | Un commentaire

Quand l’alternance torpille l’alternative!

Le must politique du moment c’est « quelles alliances pour battre Nicolas Sarkozy en 2012 ? et quel pourrait être son meilleur challenger? » ! Voilà en une phrase la quintessence de la vie politique française en cette rentrée 2009! N’est-elle pas belle notre République ? n’est-elle pas profonde la vie démocratique dans notre beau pays?

Exit la crise économique et écologique mondiale et leurs conséquences sur l’emploi et la vie quotidienne des français! Exit les déficits publics et les déficits sociaux et donc les problèmes de financement des politiques d’investissement pour l’avenir et pour la santé et les retraites. Exit les crises touchant des pans entiers de l’économie qui vont connaitre ou subir du fait des évolutions des modes de consommations, des réformes des modèles de régulations économiques mondiaux ou européens de profonds bouleversements… Bref exit la vie des citoyens à court, moyen et long terme et place au spectacle !

Certes ce constat ne date pas d’aujourd’hui, il date du moment où du « Président clé de voute de nos institutions » nous sommes passés à « la présidentielle horizon indépassable de nos responsables politiques prétendants au trône de France »! C’est l’émergence de la fameuse ALTERNANCE qui même si elle doit se conjuguer sur des modes un peu moins binaires que la succession Droite/Gauche est censée apporter un beau matin la Lumière là où la veille régnaient les ténébres.

Même si nous sommes ici partisan d’un MoDem résolument indépendant, fidèle à l’intuition initiale et fondatrice de « la France de toutes nos forces » nous ne sommes pas ingénu au point d’ignorer que cette maudite alternance structure pour l’heure la vie politique française « vue d’en haut ». Toutefois, nous sommes suffisamment rebelle aux conformismes et attentif à l’attente de nos concitoyens pour sentir que « vue d’en bas » dans leurs votes successifs (Bayrou en 2007, Europe Ecologie faute d’erreur stratégique du MoDem en 2009) : les français veulent surtout une ALTERNATIVE à la manière dont est conduite la politique dans ce pays.

D’ailleurs, en proposant une paix des braves à François Bayrou, Daniel Cohn-Bendit a bien compris que le vrai et seul clivage politique qui comptera demain, en 2010 et en 2012 et au-delà, c’est celui qui oppose selon ses termes « les ringards »  à ceux qui comme François Bayrou en créant le MoDem puis en appellant à une forme d’insurrection civique pour refonder la République, oeuvrent au renouvellement du rapport des citoyens à la politique. La ligne de fracture passe donc entre ceux qui ne jurent que par l’ALTERNANCE (maintes fois tentée, toujours décevante du point de vue de l’efficacité politique pour conduire de justes et grandes réformes) et ceux qui veulent, avec ou sans changement d’institutions, une ALTERNATIVE qui remette les citoyens au coeur du système politique.

La Présidentielle n’intéresse qu’une poignée d’hommes ou de femmes qui se voient Président(e) depuis tout petit, pour reprendre l’idée du même DCB, l’avenir du pays et de ses citoyens cela intéresse tout les autres. C’est pourquoi à la composition des futures coalitions anti-Sarkozy nous préférons ici débattre des conditions de l’émergence d’un Peuple de citoyens. Des citoyens qui brigueront sous l’étiquette du MoDem ou d’autres Mouvements désireux de porter cette ALTERNATIVE CITOYENNE notamment au sein des enceintes des collectivités territoriales où s’inventent et s’expérimentent les politiques qui changent vraiment la vie (comme l’a montré Adrien Zeller auquel la classe politique unanime a rendu un juste hommage).

Toute orientation stratégique du MoDem qui se traduirait par un reniement des fondamentaux et du premier d’entre eux qui est son positionnement comment Mouvement central (et non centriste) ou encore mieux comme mouvement Devant selon l’expression chère à notre ami Jean-François Kahn se traduirait immédiatement par une banalisation de celui-ci en vulgaire parti croupion de centre-gauche. Et même si parmi les sympathisants du MoDem nombreux (71% selon un sondage) sont partisans d’une alliance avec le Parti Socialiste, nous serons nombreux parmi les militants à nous exclamer « tout celà pour celà » et à être tentés d’exercer notre investissement citoyen sous d’autres formes.

Il n’est pas question dans ces lignes de fustiger les discussions et échanges avec tel ou tel parti de gauche, bien au contraire, un élu MoDem doit pouvoir échanger avec tout élu de l’arc-républicain notamment lorsqu’il est question des intérêts locaux et régionaux ou des questions essentielles concernant l’avenir de notre pays et de sa place et rayonnement dans le monde.

Il s’agit de mettre en garde contre des combinaisons d’appareils en vue de réaliser l’alternance au Président Sarkozy au lieu de réussir l’alternative citoyenne avec l’ensemble des forces politiques qui veulent au delà de changer de politique, changer LA politique.

En clair, nous récusons toute orientation stratégique du MoDem qui serait fondée non pas sur la perspective fondatrice du MoDem de décadenasser la vie politique française mais uniquement de déboulonner le Président Sarkosy ! Nous ne voulons pas que l’alternance torpille l’alternative!

A la satisfaction béate devant ceux qui font « changer les lignes » nous préférons l’audace d’esprit et le courage politique de ceux qui font tomber les barrières entre hommes et femmes d’origines diverses qui se retrouvent sur le projet fédérateur et innovant de changer la place et le rôle du citoyen dans la vie publique et le retour de l’intérêt général comme boussole idéologique commune!

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Civisme et démocratie, MoDem, Projet politique | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« Surtout…. » Merci Jean-François !!!

Disponibilité, fraternité, chaleur collective. Ce sont avec ces termes que Jean-François Kahn rends hommage dans Marianne aux amis démocrates qui ont participé à la campagne de « Nous l’Europe » pour la région Grand-Est.  C’est un très bel encouragement à continuer le combat pour un MoDem debout, fier de ses pratiques militantes.

Pour nous, c’est aussi l’occasion de rendre hommage et de redire MERCI à Jean-François Kahn, à Robert Rochefort, à Sylvie Goulard et à toutes celles et ceux qui formaient « la plus belle équipe de France pour l’Europe » selon l’expression de Marielle de Sarnez.

Citons entièrement cette conclusion de Jean-François Kahn dans son récit de campagne diffusé par Marianne n°634 du 13 au 19 juin 2009 :

« Surtout, j’ai énormément appris sur la France réelle, ses potentialités, ses richesses y compris humaines, mais aussi ses peurs, ses souffrances et, ici ou là, ses inimaginables misères.
J’ai découvert aussi, chez ceux, tous ceux, mes colistiers compris bien sûr, qui ont participé à ce combat, une disponibilité, une solidarité et une fraternité, une chaleur collective que je n’oublierai pas. Jamais. »

Nous espérons Jean-François que tu écriras un livre sur le récit de cette formidable expérience humaine et politique.

Nous n’oublierons jamais non plus, pour notre part Jean-François, ton engagement exemplaire au service de ce combat pour une alternative citoyenne. Nous ferons tout ce que nous pourrons pour que ce mot d’ordre « Devant ! » soit toujours à la pointe de tous les combats citoyens, et que le MoDem survive à ce moment de déception pour toi et pour nous tous.

Merci Jean-François de nous montrer encore la noblesse du combat pour des idées et d’incarner avec autant de vaillance et d’esprit égale de disponibilité, de solidarité et de fraternité, une espérance nommée « projet humaniste révolutionnaire » (in L’Alternative JF Kahn Fayard p. 9)

Nous traiterons ici toujours des ravages de la bipolarité et du refus des oppositions binaires….. Le combat continue !

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Civisme et démocratie, Dans les médias, On aime !, Projet politique | Marqué avec , , , , , , , , | Un commentaire

Se serrer les coudes!

Evidemment la lecture de la presse hebdomadaire provoque comme une réplique du séisme de dimanche pour le MoDem. Nous y reviendrons pour évoquer plusieurs aspects qui nous semblent essentiels : le présidentialisme et ses dégâts poour la démocratie, le constat de JM Lech dans l’Express selon lequel « le leader devra désormais travailler avec les gens » et la jachère politique que représente l’abstention. Mais la première réponse à apporter aux commentateurs sur l’avenir du MoDem nous appartient : serrons nous les coudes et le MoDem vivra!

Serrons nous les coudes pour le MoDem

Avant le crash de dimanche soir le MoDem c’était 50 000 adhérents prêts à créer la seule force politique vraiment nouvelle dans le paysage politique français depuis longtemps. Le MoDem ne peut pas et ne doit pas avoir été un mirage.

Le MoDem répond trop à l’attente des citoyens qui souhaitent depuis des années le dépassement de la bipolarisation et des convergences républicaines sur les dossiers essentiels pour l’avenir de notre pays et donc l’amélioration de leur vie quotidienne.

Qu’il s’agisse du développement soutenable et de l’adaptation de l’économie support d’emplois aux urgences écologiques, du logement, des déficits sociaux et de l’avenir de notre système de santé, de la préparation des jeunes à affronter le monde qui vient, des équilibres entre puissances et dialogues entre civilisations au jour de la réélection du président Amadhinejad en Iran… voilà autant de dossiers sur lesquels le MoDem se doit d’être « Devant » pour montrer le sens de l’intérêt général!

Nous reviendrons sur l’Alternative citoyenne au lieu de l’alternance qui fait débat dans les colonnes de Marianne cette semaine. D’ores et déjà que 64% des électeurs du MoDem soient favorables à la refondation de la gauche dans une sorte d’UMP de gauche, en dit long sur le fait que le rêve -que nous partageons- de Jean-François Kahn d’un « centrisme révolutionnaire » inféodé à aucun bloc aura du mal à se concrétiser.
La faute en incombe pour partie au moins à cet horizon 2012 qui obscurcit toute démarche d’indépendance réelle du MoDem parce qu’elle ne peut s’assoir sur un dialogue approfondi et dans la durée avec le Peuple de citoyens !

Serrons nous les coudes pour le pluralisme politique en France

Sarkozy enfin seul ! titre Le Point . Rêves de dépecage du MoDem par les écologistes, par l’UMP via des entrées au Gouvernement… 60% d’abstentionnistes et l’inénarable Frédéric Lefebvre qui est à la politique ce que la mère Denis est à la vente de lessive, grand fossoyeur de l’esprit public, de nous dire que c’est la faute à Bayrou et à Aubry….

Bref, Marianne peut titrer sans se tromper « Le grand bazar » il n’est pas sûr que la démocratie soit la grande gagnante du 7 juin, sauf à ce que les leçons données par les électeurs notamment au PS et au MoDem soient entendues et servent d’électro-choc salutaire.

Comme l’indique Renaud Dely dans un intertitre de Marianne « Le PS a besoin d’une thérapie de choc et Martine Aubry lui propose… six mois de camomille. Avant les soins palliatifs? » Même s’il se trouve des militants ou sympathisants PS pour se réjouir du « gadin électoral » du MoDem, nous soutenons nous au contraire que les mauvaises affaires du PS sur la base de difficultés internes affaiblissent la démocratie.

C’est un spectacle vraiment désolant que la vie politique française soit devenue à ce point une « bataille » brouillonne et de trop faible niveau pour des parts d’un marché électoral que l’abstention réduit de plus en plus.

Nous soutenons ici et soutiendrons toujours que la démocratie est le régime de la délibération, du débat pour la quête de l’intérêt général. Elle n’est pas le régime ou 50,01% des électeurs ont raison contre 49,99% et nous y reviendrons c’est pourquoi le présidentialisme et l’alternance sont une mauvaise chose pour la démocratie.

La démocratie est pervertie par la désignation de personnalités politiques en fonction de leur supposée aptitude à devenir une sorte de « Lider maximo » que le peuple descend aussi rapidement des nues qu’il y a porté. Ceci anéanti hélas toute tentative de faire grandir, comme un levain, un pacte républicain renouvelé dans la société entière et par la société entière.

Oui François Bayrou, votre intuition de redonner confiance en la société est bonne, oui elle est actuelle (voir l’interview sur JM Lech dans l’Express n° 3023 sur lequel nous reviendrons). Oui le MoDem est ce Mouvement politique  capable, comme l’a indiqué Jean-François Kahn, de prendre le meilleur dans les différents courants de pensées, et donc, d’attirer des militants et des électeurs venus d’horizons politiques républicains différents.

Nous espérons que nous ferons tout nous adhérents du MoDem pour qu’il le reste, c’est son identité et sa raison d’être. Nous le répétons, un parti de centre gauche ou de centre droit de plus ne présente aucun intérêt dans le paysage politique français.
Si le Mouvement se banalise ainsi, il perdra au moins sa composante « énergies citoyennes » qui répond à une attente forte des français.

François Bayrou a raison de dire que ces élections ont une signification par rapport à ce que les français attendent des hommes politiques (notamment patience, humilité, sang-froid, ouverture, capacité de rassemblement…) et des partis politiques (démocratique, ouvert comme l’a suggéré Corinne Lepage).

Le MoDem peut avoir tout cela, il est même « génétiquement » parlant le plus ouvert de tous les mouvements politiques.

Comme l’on fait remarquer les commentateurs, les « vainqueurs » du 7 juin s’inscrivent dans une démarche de dépassement des clivages, nous y reviendrons car cette remarque a bien évidemment été reprise par Jean-François Kahn en ce qu’elle valide sa carrière de combats…

L’avenir en ce monde tant marqué par les divisions et les querelles de toutes sortes appartient à ceux qui savent créer des liens et des ponts par delà les différences et les divergences sur les questions essentielles pour le destin commun.

Il condamne à l’avance tout Mouvement ou responsable politique qui fait le choix des querelles personnelles avec d’autres responsables, au détriment de l’approfondissement du lien avec les citoyens. Cet approfondissement du lien est d’ailleurs la condition pour élever leur conscience et leur degré de responsabilité.

Puissions nous au MoDem nous serrer les coudes pour faire vivre ce Mouvement dont l’horizon politique revendiqué est la démocratie, et dont la caractéristique est d’être composé de « citoyens engagés ».

Serrons nous les coudes pour les citoyens français

En parcourant les contributions de nos amis démocrates sur ce site, on se rends compte combien le MoDem est riche de talents et d’énergies qui ne demandent qu’à s’employer au SERVICE de nos concitoyens.

Combien l’attention à délivrer un message audible et compréhensible par les français et à imaginer des SOLUTIONS CONCRETES pour rendre leur vie quotidienne meilleure est perceptible.

Certes on se prend à rêver parfois d’une meilleure écoute de l’autre et d’une plus grande cohésion dans le Mouvement mais ce que nous vivons le plus souvent à la base comme réunions et Cafés démocrates sont conviviaux. Cela fait que ce Mouvement est un LIEU DE DEMOCRATIE qu’il faut absolument préserver car il est une tête de pont formidable pour le dialogue avec un Peuple de citoyens à faire émerger.

Serrons nous suffisamment les coudes dans cette période difficile, afin que le minimum d’entre nous ne quitte le navire, sinon ce sont les citoyens français que nous laisserions orphelins d’une espérance : l’espérance d’un mouvement de citoyens, pour les citoyens et avec les citoyens sans barrière de Gauche et de Droite.

Nous nous répétons, les militants du MoDem ont fait un admirable travail pour la campagne des municipales et des européennes.  Il serait dommage que tout ce travail notamment sur les aspects programmatiques ne soient pas repris et approfondis en vue des élections régionales. Nous attendons que les travaux démarrent rapidement sur ce point, de même que la réflexion stratégique sur les alliances dans cette élections à deux tours.

Tenons bons ensemble et retournons avec confiance faire notre travail de citoyens engagés !

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Civisme et démocratie, Dans les médias, MoDem, Projet politique | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Revenir aux fondamentaux du MoDem!

Les analyses et réflexions des « cadres » du Mouvement Démocrates, comme des militants après ce sinistre crash du MoDem en fin de campagne des élections européennes sont de nature à redonner espoir après la tristesse et la déception de ces derniers jours.

Ces éléments sont de deux ordres, non classés par ordre d’importance.

I. Les fondations du MoDem sont solides, prenons appui sur elles pour un nouvel élan

  • L’idée d’un Mouvement indépendant, « Devant » et non pas au centre est plus que jamais d’actualité dans le nouveau paysage politique français.

    L’UMP rassemble moins d’un tiers des voix, une « UMP de gauche » ne semble pas une bonne idée à Daniel Cohn-Bendit, les lignes de partage idéologiques sont plus que jamais emmelées y compris au sein d’Europe-Ecologie, donc un mouvement indépendant résolument CITOYEN a toute sa place pour aider à la cristallisation des idées adaptées au monde qui vient.
  • Le projet politique du MoDem est lui aussi toujours d’actualité
    Celui-ci avait d’ailleurs été dans sa version projet pour les élections européenne unanimement salué pour son audace, sa densité, son réalisme et adopté avec enthousiasme pendant la campagne par les militants. Pourquoi ce qui était vrai il y a encore une semaine ne le serait plus à l’avenir?
    Ce « modèle humaniste pour le XXIème » comporte, nous l’avons souvent rappelé ici, 4 piliers de valeur identique dont aucun n’a été invalidé le 7 juin, et dont un a été plus particulièrement mis en avant par les électeurs « une société durable ».
    Lorsque Corinne Lepage demande un MoDem davantage « écologisé » elle doit être entendue en ce sens où cette composante « verte » fait partie intégrante à la fois de forces vives militantes du MoDem et de son programme.
    Elle doit l’être non seulement au regard du regain d’intérêt électoral pour les listes écologistes mais surtout car il en va de la crédibilité d’un Mouvement politique aspirant à coller aux préoccupations des français sans rien sacrifier à la recherche de l’intérêt général de construire ce « parti du développement soutenable » que Corinne Lepage appelle de ses voeux.
  • Le MoDem comme mouvement central de la vie politique brisant le carcan de la bipolarisation reste lui aussi d’actualité au vue de l’abstention massive enregistrée lors de ces élections.
    L’idée d’un Mouvement composé de « citoyens engagés » a hélas encore beaucoup d’avenir devant lui.

    La magnifique campagne de terrain conduite par nos têtes de listes issues de la société civile, et l’engagement des militants à aller porter la cause de l’utilité du vote orange, n’aura pas encore suffit cette fois à faire se déplacer nos concitoyens les plus éloignés des débats politiques.
    Mais cette campagne, après celles des municipales a donc démontré la capacité du MoDem a toucher l’ensemble de nos concitoyens même si un effort particulier devra être fait en direction des « couches populaires » de la société.
  • Le MoDem en Mouvement de l’alternative plus que de l’alternance?
    Ici nous contestons que les élections présidentielles soient l’alpha et l’oméga de la vie politique française.
    Redonner confiance à la société, axe central du projet politique développé par François Bayrou dans Abus de pouvoir, n’implique nullement -au contraire même- la définition d’une majorité présidentielle pour se faire !
    C’est au contraire, à tous les échelons de la vie démocratique et de l’Administration de ce pays qu’il faut redonner la première place aux citoyens dans la définition de l’intérêt général et du bien commun.
    Oui « l’Europe est affaire de citoyens » (François Bayrou), oui la France est affaire de citoyens, oui chaque région française est affaire de citoyens…
    L’alternative du Peuple de citoyens à opposer au peuple multifractionné sur l’échiquier politique et balloté au grès des ballets parfois illisibles des leaders politiques, voilà qui a du sens et de la tenue !!!!
    C’est cela la force de l’alternative citoyenne par rapport à l’alternance qui risquerait de prolonger la funeste bipolarisation de la vie politique française dans laquelle tous les partis politiques s’enlisent ou s’atrophient les uns après les autres!

II. Changer radicalement la façon de faire de la politique

  • Garantir l’expression des talents du MoDem par la collégialité
    Comme un de nos amis l’a exprimé ce jour, quels que soient les talents de François Bayrou il ne peut à lui seul prétendre embrassé l’ensemble de réalités humaines de ce pays, et libérer la totalité des forces qui permettront selon ses termes si judicieux « redonner confiance à la société ».
    Un signe fort adressé par François Bayrou à l’opinion publique française sur la capacité du MoDem et de son président à redonner du souffle à la société française et à la vie politique serait d’instaurer cette collégialité et ces règles de gouvernance que Corinne Lepage réclame.
    Cela serait de plus cohérent avec l’idée de « gouvernement des meilleurs » que notre Président a évoqué récemment.

    Le MoDem avait comme l’avait fort bien résumé Marielle de Sarnez, « la plus belle équipe de France pour l’Europe »… de telles équipes demain, pour d’autres échéances, nous espérons et nous souhaitons que le MoDem soit capable d’en reformer.  Cela ne sera rendu possible que si cette collégialité et ces règles de gouvernance sont arrêtées et respectées.

  • Porter à son plus haut degré la conscience et la responsabilité des citoyens Le livret d’accueil du MoDem affirme « la démocratie est l’horizon de notre mouvement ».  Il donne une définition de cette démocratie vers laquelle il entend tendre en citant Marc Sangnier « l’organisation politique de la société qui vise à porter à son plus haut degré la conscience et la responsabilité des citoyens ».

    Conscience et responsabilité ! Des mots lourds de sens et d’engagements, terriblement exigeants par rapport à la manière de conduire l’action politique !
    Il semble que les dirigeants du parti socialiste au terme de leur seconde déroute électorale aient décidé de se tourner vers les français (le peuple de gauche essentiellement dans la vision hémiplégique de la vie politique française) et donc redécouvre les vertus de la démocratie.

    Le MoDem dès sa fondation s’est toujours tourné lui vers l’ensemble des français, puisque en capacité de briser le mur de la bipolarisation, et a fait de l’appelle à leur conscience citoyenne et à leur esprit de responsabilité sa « marque » orange.

    S’adresser aux citoyens, à leur intelligence, à leur sens civique, à un « vouloir vivre ensemble » est peut être un peu plus aléatoire pour gagner une élection à court terme, mais oh combien plus payant pour ancrer une formation politique dans la vie d’un pays et se forger une stature d’homme d’Etat, sage et rassembleur.

    Evidemment cela suppose notamment de privilégier :
    – les débats de fond aux petites phrases,
    – la justesse dans le jugement des actions et des hommes politiques ce qui n’exclut nullement ni la force de conviction ni l’intransigeance sur l’essentiel du débat du moment,
    – le respect des adversaires politiques et de leurs engagements.

    A ce titre il est absolument scandaleux que les « vainqueurs » des élections européennes sonne l’halali du MoDem et entendent le dépecer de sa composante écologiste. Ayez un peu de respect des convictions des autres et de retenue notamment vous Madame Eva Joly qui aviez participé à une réunion du MoDem.

  • Promouvoir et animer un Mouvement de citoyens engagés

« Le Mouvement Démocrate est un mouvement de citoyens engagés »

(article 1er de la Charte éthique du MoDem adoptée par le Congrés
fondateur du 2 décembre 2007).

Notre conviction est que chaque fois le MoDem s’est écarté de ce que
sous-tend cette révolution dans le paysage politique français, il s’est
inutilement au mieux fragilisé ou pire torpillé.

Pour illustrer ce propos il n’est que de se rappeler l’effet positif sur le
démarrage de la campagne et l’opinion publique de la présentation
des têtes de listes aux élections européennes issus de la « société
civile ».
L’UMP et le PS ont pour obsession de ressembler dans leur
composition militante « aux français » sans jamais être en
mesure  d’y parvenir car aspirants à n’être que le parti hégémonique
d’un bloc.
Le MoDem s’il se vivait davantage comme parti de l’Alternative
citoyenne que de l’alternance, compte tenu de sa position « Devant » a
naturellement vocation à être un Mouvement de représentation des
citoyens dans les différents lieux d’exercice de la souveraineté du
Peuple.

Avant les élections présidentielles de 2007, un tiers de l’électorat ne
se reconnaissait ni dans la droite, ni dans la gauche mais
probablement potentiellement d’abord « citoyen ».

Il faut reconnaitre que cela fait une belle base pour transformer un
pays en profondeur, à tous les niveaux d’administration de celui-ci,
avec cette belle ambition de replacer le citoyen au coeur de la vie
politique.

Valoriser toujours et partout les initiatives citoyennes, appeler de nouveaux talents à s’engager pour participer à la définition et à la mise en oeuvre d’un projet politique qui redonne confiance à la société est une ambition politique de moyen terme porteuse de succès électoraux aux diverses étapes de sa concrétisation.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Civisme et démocratie, MoDem, Sur le net | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 commentaires

Tristesse mais espoir!

Tristesse pour François Bayrou dont une « petite phrase » adressée à Dany Cohn Bendit sur France 2,  créée la polémique et donne des armes à ses adversaires déjà si prompt à le caricaturer; mais espoir que l’auteur d’Abus de pouvoir se ressaisisse et  retrouve les brisées d’une action politique entièrement tournée vers l’objectif de « rendonner confiance en la société ».

Tristesse pour « Nous l’Europe » dont la magnifique campagne, l’engagement total de ses têtes de listes pour expliquer avec talent et pédagogie à nos concitoyens pourquoi il faut aimer l’Europe et combien l’Europe leur rend bien; mais espoir que ce travail de fond loin de l’Etat spectacle et des batailles d’égos, parce que le sillon aura été profond puisse porter ses fruits dans les urnes dimanche.

Tristesse pour nos têtes de liste venues de la société civile qui auront tant illustré ces derniers mois combien il est possible de « faire de la politique autrement » de risquer un quelques secondes de voir leurs efforts et leurs espoirs en prendre un coup, mais espoir que Jean-François Kahn, Robert Rochefort, Sylvie Goulard et les autres, par leurs talents, leur labourage du terrain à la rencontre de nos concitoyens, auront suffisamment déjoués les pièges de l’Etat spectacle et seront bien élus ce dimanche.

Tristesse pour ces milliers de militants qui ont pendant des centaines d’heures ces derniers mois oeuvrer pour que l’Orange soit la couleur de l’espoir d’un changement au Parlement européen, que nos élus y portent enfin de façon démocratique et responsable les réalités humaines de nos concitoyens; mais espoir que ceux-ci repartent dès dimanche soir au devant de nos concitoyens pour leur demander comment faire (Daniel Cohn Bendit aurait dit Que faire? :-)) pour que leur région soit source d’amélioration de leur vie quotidienne.

Tristesse pour Corinne Lepage et nos amis écologistes qui veulent que le MoDem soit le parti du développement soutenable, et nous sommes comme eux nombreux à le souhaiter et qui ont donc intérêt à des débats de fond avec l’ensemble des mouvements écologiques sur l’Europe, comme sur tout autres enjeux; mais espoir que la raison politique et l’esprit citoyen l’emporteront un jour très prochain, sur les ambitions personnelles et le querelles sur les « parts de marchés » du vote citoyen, pour construire des convergences pour que ce développement soutenable devienne réalité!

Tristesse pour le MoDem, dont la marque est bien installée dans le pays de celle d’un mouvement de citoyens engagés qui propose aux français de faire de la politique autrement, avec eux et pour eux, parce que seul parti libre de toute allégeance partisane, pourfendeur de la bipolarisation, il peut s’adresser à chacun de nos concitoyens; mais espoir que cette idée toujours neuve du Peuple de citoyens survivra à 2 minutes de plateau télé et sera portée par toujours plus de concitoyens convaincus qu’ils trouveront dans le MoDem un bon soutien et un appui sans faille pour mettre en valeur leurs initiatives citoyennes loin des effluves pas toujours ragoutantes des débats de fin de campagne.

Enfin, parce que le temps nous manque ce matin, espoir qu’en 2112 le MoDem aura traversé le XXIème siècle comme porteur du seul projet humaniste qui s’accorde avec l’idée que nous portons d’une démocratie, affaire de citoyens, dont l’objectif est de faire grandir la conscience et la responsabilité de citoyens pour que l’intérêt général se confonde avec la souveraineté nationale. Une démocratie responsable comme l’a si fort bien appellée un de nos amis démocrates récemment sur ce site.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans MoDem, Sur le net | Marqué avec | 2 commentaires

Le MoDem est une solution pour les français!

Quand François Fillon déclare « Bayrou est surtout un problème pour le Parti socialiste et la Gauche » il fait une double erreur : 1) le MoDem n’est pas un problème c’est une solution 2) le MoDem s’adresse à tous les français y compris aux républicains de son camp.

Et comme notre Premier Ministre était en forme il a ajouté un second pronostic tout aussi clairvoyant :-) que le premier « (…) les critiques contenues dans le livre « Abus de pouvoir » du président du MoDem font « sourire les Français » !!!! Faudrait que François Fillon se coordonne avec Monsieur Bertrand parce que cela serait bien la première fois qu’un « livre haineux » ferait sourire…. Bref, tant que les « grands » partis et leurs responsables manifesteront du dédain ou de l’aveuglement au sujet de la réalité du MoDem, nous pourrons continuer tranquillement à convaincre les français que loin d’être, en démocratie, un problème pour qui que ce soit, notre Mouvement est une solution pour les français.

Le MoDem n’est pas un problème pour qui que ce soit, il est une solution pour les français

Ici nous plaidons pour une démocratie apaisée, ou comme il est indiqué dans la Charte éthique du MoDem, le débat politique doit se dérouler, « en vérité », loin des anathèmes et des « boules puantes » sous forme d’attaques personnelles. Nous appelons d’ailleurs, nos responsables à certes ne pas tendre l’autre joue bien sûr et donc à y répondre mais sur le fond pour éviter la dégradation du débat public qui est un facteur d’abstention certain.

En effet, il n’est pas nécessaire d’être grand expert en politique pour voir à quel point les déchirures internes au PS sont lourdes de conséquences… Plus largement, la violence en politique lasse vite les électeurs et se retourne un jour ou l’autre contre ceux qui l’emploie. Plaider pour et pratiquer une opposition sans concession, vigilante, radicale sur l’essentiel, est selon nous d’autant plus efficace que l’on est à même de saluer -lorsqu’ils existent- les actes et orientations qui vont dans le sens du projet de société que l’on souhaite voir mettre en place, et ce dans le cadre d’un rassemblement le plus large possible…. comment rassembler sans pratique du respect mutuel?

Nous voyons, bien en cette campagne combien c’est une force de présenter aux voix des français des équipes diverses, unies, composées de talents riches qui ne sont pas mis sous l’éteignoir parce qu’il serait interdit de faire de l’ombre « au chef ».  Oui Marielle de Sarnez à raison de vanter les qualités de « la plus belle équipe de France pour l’Europe »

C’est ainsi que l’on peut changer la politique en réouvrant toutes grandes les fenêtres à la « société civile » sans que celle-ci soit un alibi, mais qu’elle soit respectée et non « inféodée » au politique.

Fermeté des convictions dans le débat d’idée et ouverture à la société civile sont les bases des « convergences démocratiques » auquel le MoDem veut travailler.

Dans cet esprit M. Fillon, le MoDem n’est un problème pour personne puisqu’il souhaite pouvoir travailler demain avec tous ceux qui « ne sourient pas » ou ne voient pas de caractère haineux dans le projet d’Abus de pouvoir qui consiste en « redonner confiance à la société ».

Le MoDem s’adresse à tous les français y compris au républicains du camp de M. Fillon

Il faut espérer qu’un certain nombre d’hommes politiques talentueux de votre majorité, au premier rang duquel figurent par exemple Jean-Louis Borloo et nos amis radicaux, ne voulant plus être qualifiés de « têtes de noeuds » ou d’être marginalisés dans le débat politique interne « à la droite » conviennent qu’une totale autonomie de réflexion, de pensée et d’action sous la seule réserve de la cohérence sur l’essentiel du projet de société serait préférable pour leur mouvement politique et pour les français.

Pour illustrer ce propos il suffit de voir par exemple la place qu’occupe Corinne Lepage au sein du MoDem!!!! Son livre projet « Vivre autrement » n’est pas un copié-collé d’Abus de pouvoir de François Bayrou et loin de nuire à l’efficacité du combat du MoDem pour la rénovation de la vie politique au service d’un Peuple de citoyens, cela est, au contraire, un plus pour notre Mouvement et une chance pour nos concitoyens.

Monsieur Fillon, l’originalité du MoDem et sa vocation sont de faire sauter le verrou et lever le carcan de la bipolarisation qui empêche :

d’une part, les français républicains et démocrates de tous horizons de s’emparer en citoyens « conscients et responsables » de leur destin, car le MoDem est un Mouvement de « citoyens engagés »,

d’autre part, les partis politiques de se comporter en véritables outils au service de la République permettant (art. 4 de la Constitution de 1958) de « concourir à l’expression du suffrage », et ce librement dans une dynamique et exigence d’approfondissement de la démocratie (régime de la délibération et non pas régime du plus grand nombre).

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Civisme et démocratie, Dans les médias, Projet politique (généralités) | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Vote orange: des vitamines pour la citoyenneté en Europe

Invitée de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1 ce jeudi 28 mai à 8h20, Marielle de Sarnez a répondu indirectement à Patrick Roger qui dans Le Monde du 27 mai s’inquiètait :-)  de voir François Bayrou piègé par l’antisarkosysme dans le cadre de ces élections européennes. Le piège en question serait d’avoir laissé tomber les enjeux européens dont le MoDem est dépositaire en filiation directe, en privilégiant les questions de politique intérieure et spécialement l’opposition au Président Nicolas Sarkozy en vue d’une certaine échéance électorale (bip!!!).

Evidemment, au delà, d’une part que le destin de la France est lié à l’Europe et que d’autre part, comme l’explique François Bayrou « les questions françaises et européennes sont indissolublement liées » via la question du choix de société que nous voulons, c’est surtout parce que l’enjeu politique essentiel est identique et unique : remettre le citoyen au coeur de la politique !

C’est ce qu’a formidablement illustré Marielle de Sarnez ce matin à l’antenne d’Europe 1 : “on a la meilleure équipe de France sur l’Europe avec des personnalités formidables et pleines de talent. Le bulletin Orange permettra de dire Oui à l’Europe, une Europe plus attentive aux citoyens, il faut transformer la manière dont l’Europe fait de la politique. Et Oui au renouvellement de la politique en France et en Europe.”

« Nous l’Europe » signifie nous « citoyens engagés » à Strasbourg comme à Paris

Il est communément admis, y compris au sein du MoDem, que la dynamique autour de notre Mouvement serait en grande partie liée aux difficultés internes du Parti Socialiste et spécialement aux querelles de liées au leadership. Non Rachida Dati, François Bayrou n’est pas devenu « le meilleur des socialistes », non il n’y a ni tentative d’OPA du MoDem sur le PS, ni stratégie du coucou en déplaise à M. Copé.

La réalité électorale, « hétéroclite » et de « dernière heure » nous disait Pascal Perrineau Directeur du CEVIPOF, la réalité militante, c’est que le MoDem comme Mouvement central de la vie politique française a vocation à rassembler des « démocrates » venu de tous les horizons :  de l’actuelle majorité (lorsque les yeux se seront décillés), du centre gauche, de la gauche socialiste, mais également des écologistes et surtout de plus en plus des « citoyens engagés » jusqu’ici « non encartés ». 

Et pourquoi ce rassemblement est-il rendu possible ? Parce que le dénominateur commun de tous ces citoyens c’est la volonté, rappellée par Marielle de Sarnez, de « transformer la manière dont l’Europe (maintenant, demain la région etc…) fait de la politique! »

Et les plus belles illustrations de ce parcours vers le MoDem ce sont, les hommes et femmes qui forment « la meilleure équipe de France sur l’Europe » et dont la figure emblématique qu’est Jean-François Khan se plait à dire son envie et sa joie « de faire de la politique autrement »!

Ayons d’avantage confiance dans notre propre force, souvent tentée, jamais réussie faute d’indépendance, la capacité de dialogue du MoDem avec tous les citoyens !!!!!

Voilà la clé du succès du MoDem -espéré mais travaillons jusqu’au 7 pour celà-, pendant que certains dialogues entre eux sur une estrade, où bien avec telles ou telles catégories ou franges de l’opinion, le MoDem lui s’adresse à tous les français qui veulent attention et respect.

Pas de démagogie dans le genre « votez pour moi » et vous allez avoir le paradis, mais des combats en Europe comme  en France contre la crise, pour un développement durable, la garantie de notre modèle social et le changement de fondements de la mondialisation (cf. préambule du programme du MoDem pour la législature 2009-2014 du Parlement européen) auxquels les citoyens européens soient associés.

« Nous voulons les informer de ces enjeux, construire une Europe plus transparente et plus proches de leurs préoccupations » affirme le MoDem en préambule de ce Programme.

Ainsi, comme le reconnait lui même Patrick Roger dans son article, ce reproche de « nationaliser » le débat fait à François Bayrou est injuste « car il ignore la réalité de la campagne engagée par le MoDem, qui a fourni un travail très riche et très approfondi sur les enjeux européens » (Le Monde 27/05/09).

Oui, amis démocrates soyons tous très fiers de ce travail (16 groupes de projet Europe auxquels ont participé plus de 3500 adhérents).

Travaillons encore, tous et de plus en plus nombreux en vue de chaque future échéance électorale, tenons toujours plus de Cafés démocrates et nous verrons de plus en plus de « citoyens engagés » nous rejoindre et faire partager notre enthousiasme pour l’utilité du vote Orange !

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Civisme et démocratie, Dans les médias, Economie et social, Réponses à, Union européenne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Un commentaire

Demos kratia contre des mots crasses

Il faut réagir avec force et précision et surtout agir contre ce poison de la démocratie qu’est le refus du débat par la diabolisation de l’adversaire ! Hélas pour certains mots crasses (Bayrou : un Le Pen centriste? ») plus ils sont faux, plus il peuvent faire mal puisqu’ils ne ciblent pas l’intelligence des citoyens mais leur affect en détruisant par association d’images. Ce papier du journaliste Bruno Roger-Petit sur Le Post est une caricature et une insulte au MoDem et à ses adhérents. Il doit être contredit car il vise à instiller une petite musique déjà entendue et dénoncée ici sur le pseudo populisme que porterait François Bayrou.

Sont associés deux termes suffisamment « répulsifs » pour discréditer un combat qui gène de plus en plus : l’appel à l’engagement des citoyens de tous bords pour reprendre leur destin en main ! cad redonner confiance en la société !

Parce que Le Pen est la figure du diable en politique, ajouter « light » ou « centriste » pour en donner la version Bayrou, est tentant pour ceux qui confondent l’Agora athénienne ou le forum romain avec le Stade ou le Cirque!

A nous, adhérents du MoDem, de renforcer l’identité du MoDem comme « mouvement de citoyens engagés » et de démontrer en actes que ce genre d’insulte est contre-productive pour ceux qui les énoncent.

François Bayrou veut rendre au Peuple la possession des pouvoirs de gouvernement : ce n’est ni du Le Pen, ni du centrisme!!!

De « La France de toutes nos forces » à « l’Abus de pouvoir » figure dans les gènes du MoDem cette idée simple et nouvelle qu’il faut briser le carcan de la bipolarisation en France pour recréer les conditions du débat et de la réappropriation par le Peuple des pouvoirs de gouvernement.

En effet, «  la démocratie est un régime politique dans lequel le peuple possède les pouvoirs de gouvernement » (demos kratia) selon cette belle formule proposée par le site la-democratie.fr

Celà, reformer un Peuple de citoyens, c’est le fond du débat politique mais tous les participants de la bipolarisation ad vitam aeternam de la vie politique française n’y ayant aucun intérêt il est beaucoup plus facile de diaboliser celui qui le porte !

Pour le diaboliser, Bruno Roger-Petit comme ceux qui d’Alain MINC à Dominique PAILLE et bien d’autres refusent de voir la forêt MoDem derrière l’arbre Bayrou ressassent fréquemment les mêmes « arguments ».

L’ambition strictement personnelle de François Bayrou

Bayrou est « seul », « monomaniaque », « hyper-président » du MoDem, etc.. etc..

Nous sommes 50 000 adhérents, des milliers de sympathisants et nous l’espérons dès le 7 juin des millions d’électeurs à partager l’ambition collective d’un MoDem pour renover la vie politique française.

Avec sa malice coutumière et son franc-parler qui l’honore Jean-François Kahn se targue dans le dernier numéro de Marianne, d’être l’inspirateur de François Bayrou en matière économique et non l’inverse !!! :-)

Nous osons espérer que les « réalités humaines » des français que JF Kahn, Robert Rochefort, Sylvie Goulard et toutes les autres têtes de listes pour les Européennes ont vues et écouté sont de multiples sources d’inspiration pour un Mouvement qui a fait de la faiblesse de son « appareil » et de l’absence de pachydermes politiques une force !

« Tout est subordonné au destin du chef » affirme M. Roger-Petit. Cela n’engage que ceux qui veulent le croire, nous serions fort surpris et déçu que les adhérents « citoyens engagés » du Mouvement Démocrate aient une vocation de « petits soldats ».  Cela ne sont pas les 3 500 adhérents des 16 groupes de travail qui ont élaboré le programme du MoDem pour les élections européennes qui nous démentiront.

L’objectif exclusivement présidentiel.

Selon M Roger Petit « Comme Le Pen, Bayrou fait donc l’impasse sur les élections locales à scrutin majoritaire et renonce à construire un vrai parti enraciné électoralement ». Cela ne correspond pas à la réalité, la campagne pour les élections européennes l’a largement demontré : ce sont les « racines locales » du jeune Mouvement qu’est le MoDem qui étaient les plus rapidement actives sur le terrain ! Et si le MoDem ne fait l’impasse sur aucune élection, quel que soit le mode de scrutin nous affirmons ici, que le premier lieu d’engagement de « citoyens engagés » est local, ce sont les communes, les régions et bien sûr toutes les associations et initiatives citoyennes…

Certes avec Bismarck (si j’ai bien compris) notre Président affirme que la clé de voute de tout, c’est l’élection présidentielle, nous pensons sans excès d’insubordination M. Roger-Petit, que par exemple, un(e) bundeskantzler(in) désigné(e) à l’issue d’élections législatives ne nuit pas gravement à la démocratie (et l’Allemagne il me semble tient beaucoup à la démocratie!!!).

La stratégie du chaos

Selon M. Roger-Petit « Comme Le Pen, Bayrou n’a politiquement rien à proposer. Pas de troupes; pas d’élus, pas d’alliés » .  Ce genre de contrevérité, démentie chaque jour d’avantage ne mérite qu’un haussement d’épaules pour les faits ! Surtout il faut remarquer la démonstration par l’absurde qu’apporte ainsi M. Roger-Petit, du caractère neuf du MoDem : la proposition politique n’est pas affaire de troupes (en nombre même si plus c’est mieux), d’élus et surtout d’alliance (voir PS-UMP, etc…) mais de convictions !!!!!  Au lieu d’aligner 4 arguments à hauteur de caniveau, lisez les ouvrages de François Bayrou, Marielle de Sarnez, Jean-François Kahn, lisez le programme des européennes du MoDem et les futurs programmes du MoDem dans chacune des régions de France et vous apercevrez peut-être l’ombre d’une proposition en retirant seulement 0,01% de votre mauvaise foi!!!

Viennent ensuite la question des alliances et des majorités mais bien sûr à l’aune du cadre traditionnel et cadenacé de la vie politique française dont tout le monde s’accorde sur son efficacité légendaire en matière de préservation du « vouloir vivre ensemble » et de la recherche de l’intérêt général!!!!

Ici nous sommes pour un MoDem indépendant qui pourrait en toute transparence des alliances à géométries variables sur la base de fusions des programmes et d’abord aux élections locales… Nous ne rêvons pas non plus nous savons que même si cela serait dans l’intérêt des citoyens français, cela n’est pas dans celui des partis dominants donc cela est difficile à mettre en place… toutefois le renouvellement de la Démocratie et le retour aux commandes du Peuple de citoyens valent bien la peine d’espérer non?

A l’alternance et ses combines nous préférons l’alternative de « convergences démocratiques » et du « Solidarnosc à la française » ou de la Charte 77 à la française….

La tactique du complot

Pour camoufler le vide qu’il proposerait aux français (voir ci-dessus, vous avez de la lecture M. Roger-Petit) François Bayrou utiliserait selon M. Roger-Petit la tactique du complot des méchants médias !!! La belle affaire !!!! et bien dites donc les médias ne le lui feraient ces jours-ci pas cher payer puisqu’ils affirment qu’il focalise le débat des européennes…. bref !!!

Si la vie du MoDem dans les médias était formidable, l’ancien journaliste qu’est Jean-François Kahn ne découvrirait pas avec effarement qu’une partie de la presse ne souhaite pas annoncer les réunions publiques qu’il organise ni en rendre compte…

Cette difficulté de faire vivre la démocratie dans le cadre des médias, y compris si leur indépendance était mieux organisée, ce n’est pas un fantasme de F Bayrou M. Roger-Petit, c’est la thèse argumentée de Monsieur Roger-Gérard Schwarzenberg, L’état spectacle 1 et 2. Cette thèse il me semble n’est pas à confondre avec les aventures de Oui-Oui au pays de la politique !!!!

Dernier point, oubliez définitivement que François Bayrou comme le MoDem seraient centristes… Laissons le Centre à ceux qui veulent être l’appendice de quelques partis que vous qualifiaient « d’alliés », comme le dit si bien Jean-François Kahn, le MoDem est Devant !!!

Non pas à l’avant-garde du Peuple de citoyens, mais Devant au sens de dans le monde démocratique de demain, en laissant bien le soin à ses détracteurs d’enterrer les lambeaux de la vie politique étriquée (pleine de troupes, d’élus et d’alliés) d’hier !!!!! Oui la demos kratia aura raison des mots crasses !

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Publié dans Civisme et démocratie, On aime pas !, Sur le net | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire