Impasse de « la France de la moitié de nos forces »

Appelant à un MoDem indépendant fédérateur d’initiatives citoyennes (art. 1er de la Charte éthique du MoDem : le Mouvement Démocrate est un mouvement de citoyens engagés ») l’appel du pied à F. Bayrou du futur candidat PS à l’investiture socialiste pour les présidentielles de 2012 F. Hollande nous inquiète.

Que le MoDem et son dirigeant soient tantôt injustement villipendés ou courtisés est un signe encourageant :
– pour la vie politique française car le MoDem en ce qu’il y apporte de nouveau soit dérange à juste titre, soit intéresse au moins avec le désir de le « neutraliser »,
– pour le MoDem car cela signifie que l’élan et le capital de sympathie créé par François Bayrou lors de la présidentielle de 2007 autour de l’idée que l’horizon politique des français n’est pas limité au système UMP-PS est bien vivace pour être perçu comme une menace par les tenants dudit système.

François Hollande pour paraphraser Daniel Cohn Bendit n’a pas eu d’apparition récente lui enjoignant de reconsidérer sa position dite du cordon sanitaire autour du MoDem. Il ne s’est pas converti au dialogue avec F. Bayrou tel un nouvel ami qui lui veut du bien. Comme tant d’autres François Hollande n’envisage le MoDem que comme un « parti centriste banalisé » et vassalisé, bref un PRG bis (Parti Radical de Gauche) dans une éventuelle majorité tout juste un peu plus plurielle.

Que dit François Hollande ? : « Il (FB) n’a aujourd’hui ni les forces pour prétendre être présent au second tour de la présidentielle, ni le projet politique lui permettant de fédérer autour de lui ». Donc selon l’ancien secrétaire général du PS, en se maintenant pour l’heure (à minima) à hauteur de 10% des suffrages le MoDem est difficilement contournable pour envisager de gagner ledit second tour sans lui.

Simple « citoyen engagé » nous laisserons bien volontiers François Hollande réévaluer périodiquement par lui-même la justesse de son analyse.

Nous réaffirmons ici dans le cadre du média social du MoDem les raisons pour lesquelles elle nous semble fondamentalement erronée, à la condition que le MoDem et ses dirigeants fassent de l’identité du MoDem et de son originalité fondatrice l’atout maitre pour 100 ans !!! (MoDem : objectif 2112 !!!)

Sur l’absence de projet politique permettant de fédérer autour de lui : il faut vite envoyer à Monsieur Hollande quelques affiches de la campagne électorale des présidentielles de 2007 « La France de TOUTES nos forces »… Il n’est pas besoin d’être grand clerc en politique pour comprendre que 2 années de pouvoir de Nicolas Sarkosy auront déjà suffit pour légitimer davantage aux yeux des français la pertinence et l’actualité de ce projet…

Les français aspirent à l’apaisement de la vie politique et donc au rassemblement que seule l’émergence d’un projet nouveau « un modèle humaniste pour le XXIème siècle » peut assurer. Il faut croire en la force d’attraction de ce projet, le développer et le porter dans toutes les directions de l’échiquier politique républicain et auprès de tous les français et non pour la moitié d’entre eux.

C’est l’originalité du MoDem de ne pas être un parti centriste de plus mais un parti central pour la rénovation de la vie politique française pour la désengluer du système UMP-PS.

François Hollande propose d’afficher les idées pour mesurer les divergences et convergences en vue d’une éventuelle alliance. C’est-à-dire batir un nouveau « programme commun » et faire un bond en arrière de plus de 30 ans avec une différence notoire : François Mitterand ne cachait pas qu’il voulait réduire l’influence du PCF, la plupart des éventuels alliés du MoDem sont en général moins courageux (mais pour eux le MoDem sera moins dérangeant au sein d’une alliance que dehors)!!! .

Cela devrait suffire pour valider que seule la stratégie d’INDEPENDANCE du MoDem est susceptible d’en finir une fois pour toute avec le système UMP-PS, partis ayant alternativement user du pouvoir sans résoudre aucun des grands problèmes du pays (emploi, recherche, vitalité des tpe/pme, justice, santé, etc.. etc…). C’est dire stop à un système dans lequel « une moitié de la France » doit avoir raison contre l’autre et avec lequel la recherche de l’intérêt général est toujours remise à plus tard.

Fidèle à l’intuition fondatrice du MoDem nous refusons d’être enfermés à nouveau dans ce système.  Les « citoyens engagés » adhérents, sympathisants et électeurs du MoDem doivent pouvoir notamment au niveau local, régional mais aussi national ou européen être en mesure de défendre, amender et voter tout projet relevant d’un « modèle humaniste » proposée par un responsable politique républicain de quelque bord ou parti que ce soit et allant dans le sens de l’intérêt général.

Sur les forces pour prétendre être au second tour de l’élection présidentielle: le 16 avril 2009 il y a donc urgence pour préparer l’élection présidentielle de 2012 et donc les alliances entre les prétendants au second tour et les autres….au moment où tant de français souffrent de la crise c’est indécent !!!!! Année après année, la vie politique française presque maintenant sans trève tourne autour de l’élection du monarque républicain…. « le boulot de dans 5 ans » est l’horizon indépassable de la vie politique française…  Est-il impertinent de se demander si cette vision des choses (« imposée » semble t’il par les institutions), qui transforme les partis politiques en « écuries présidentielles », les principaux responsables politiques en « gladiateurs » et la vie politique en spectacle permanent dont il ne reste tous les 5 ans qu’un vainqueur a encore quelque chose à voir avec la démocratie ?

Cette démocratie dont le MoDem reprend l’idéal de Marc Sangnier « l’organisation politique de la société qui vise à porter à son plus haut niveau la conscience et la responsabilité des citoyens ».

Pour promouvoir cette démocratie concrétisée par un « contrôle citoyen » des pouvoirs, quels qu’ils soient, peu importe leur niveau et leur lieu d’exercice,  il convient de s’attacher non pas à une élection fût-elle « mère de toutes les élections » mais à toutes les élections, à commencer par celles qui irriguent et font vivre la démocratie au quotidien, les élections locales.

D’ailleurs, et cela tombe bien, par un heureux hasard (?), les études et enquêtes autour de l’élection de Barack Obama, montrent que le succès à l’élection au poste suprême semble se construire dans un inlassable « travail » de terrain, de proximité avec les citoyens, sans lesquels le charisme d’un leader et la pertinence d’un projet politique ne pourraient pas entrainer suffisamment de forces derrière lui (pour reprendre le vocable de François Hollande).

Travailler avec les citoyens, les rencontrer dans les divers sens du terme à chacune des élections, sont autant de précieux jalons et étapes incontournables pour faire émerger ces forces nouvelles, résolument nouvelles et « orange » qui viendront un jour contredire l’assertion de François Hollande.

En dépit de la sympathie que nous pouvons avoir pour Manuel Valls, ce n’est pas -seulement- d’une nouvelle génération de responsables politiques dont notre pays à besoin, c’est d’abord et avant tout de l’émergence d’une nouvelle génération de « citoyens engagés » -si possible avec écharpe orange autour du cou !!!!!

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans MoDem, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Impasse de « la France de la moitié de nos forces »

  1. vincentb dit :

    Je n’ai qu’une seule chose à ajouter : le Modem n’est ni à droite, ni au centre, ni à gauche, mais démocrate. Je pense que cela aussi doit être rappelé à François Hollande.

  2. fletcher dit :

    Une fois de plus on remarque que le Modem dérange (c’est bon signe). A tel point qu’on veut le récuperer pour pouvoir l’affaiblir, ou qu’on l’insulte (les récentes déclarations contre F.Bayrou) pour tenter de l’écraser.
    On constate aussi que son positionnement n’est toujours pas bien perçu. Il faut affirmer son indépendance, qui est son atout.

    Et puis, il faut déjà ne pas oublier d’aller voter pour les européennes le 7 juin. On verra alors concrètement où en est la côte du Modem auprès des électeurs (il est crédité de 12% environ de votes si je ne me trompe pas).

  3. panache dit :

    J’aime bien votre définition du Modem comme un parti central et non pas comme un xième parti centriste.
    Sur la mobilisation pour les prochaines européennes, je crains que l’implantation du Modem ne soit pas très réelle dans l’électorat populaire. A fréquenter le site « les democrates » que je trouve très dynamique par ailleurs, il me semble – mais je peux me tromper – que le public fasse plutôt partie d’une CSP classe moyenne ou supérieure. Quels moyens pour mieux faire passer le message ailleurs que par le net ?

  4. Ping : MoDem Mouvement Civique » Blog Archive » Pour un retour aux sources du MoDem

  5. Ping : MoDem Mouvement Civique » Blog Archive » De la “marque UDF”, au “parti durable” et à l’”arc central”

Laisser un commentaire