Revenir aux fondamentaux du MoDem!

Les analyses et réflexions des « cadres » du Mouvement Démocrates, comme des militants après ce sinistre crash du MoDem en fin de campagne des élections européennes sont de nature à redonner espoir après la tristesse et la déception de ces derniers jours.

Ces éléments sont de deux ordres, non classés par ordre d’importance.

I. Les fondations du MoDem sont solides, prenons appui sur elles pour un nouvel élan

  • L’idée d’un Mouvement indépendant, « Devant » et non pas au centre est plus que jamais d’actualité dans le nouveau paysage politique français.

    L’UMP rassemble moins d’un tiers des voix, une « UMP de gauche » ne semble pas une bonne idée à Daniel Cohn-Bendit, les lignes de partage idéologiques sont plus que jamais emmelées y compris au sein d’Europe-Ecologie, donc un mouvement indépendant résolument CITOYEN a toute sa place pour aider à la cristallisation des idées adaptées au monde qui vient.
  • Le projet politique du MoDem est lui aussi toujours d’actualité
    Celui-ci avait d’ailleurs été dans sa version projet pour les élections européenne unanimement salué pour son audace, sa densité, son réalisme et adopté avec enthousiasme pendant la campagne par les militants. Pourquoi ce qui était vrai il y a encore une semaine ne le serait plus à l’avenir?
    Ce « modèle humaniste pour le XXIème » comporte, nous l’avons souvent rappelé ici, 4 piliers de valeur identique dont aucun n’a été invalidé le 7 juin, et dont un a été plus particulièrement mis en avant par les électeurs « une société durable ».
    Lorsque Corinne Lepage demande un MoDem davantage « écologisé » elle doit être entendue en ce sens où cette composante « verte » fait partie intégrante à la fois de forces vives militantes du MoDem et de son programme.
    Elle doit l’être non seulement au regard du regain d’intérêt électoral pour les listes écologistes mais surtout car il en va de la crédibilité d’un Mouvement politique aspirant à coller aux préoccupations des français sans rien sacrifier à la recherche de l’intérêt général de construire ce « parti du développement soutenable » que Corinne Lepage appelle de ses voeux.
  • Le MoDem comme mouvement central de la vie politique brisant le carcan de la bipolarisation reste lui aussi d’actualité au vue de l’abstention massive enregistrée lors de ces élections.
    L’idée d’un Mouvement composé de « citoyens engagés » a hélas encore beaucoup d’avenir devant lui.

    La magnifique campagne de terrain conduite par nos têtes de listes issues de la société civile, et l’engagement des militants à aller porter la cause de l’utilité du vote orange, n’aura pas encore suffit cette fois à faire se déplacer nos concitoyens les plus éloignés des débats politiques.
    Mais cette campagne, après celles des municipales a donc démontré la capacité du MoDem a toucher l’ensemble de nos concitoyens même si un effort particulier devra être fait en direction des « couches populaires » de la société.
  • Le MoDem en Mouvement de l’alternative plus que de l’alternance?
    Ici nous contestons que les élections présidentielles soient l’alpha et l’oméga de la vie politique française.
    Redonner confiance à la société, axe central du projet politique développé par François Bayrou dans Abus de pouvoir, n’implique nullement -au contraire même- la définition d’une majorité présidentielle pour se faire !
    C’est au contraire, à tous les échelons de la vie démocratique et de l’Administration de ce pays qu’il faut redonner la première place aux citoyens dans la définition de l’intérêt général et du bien commun.
    Oui « l’Europe est affaire de citoyens » (François Bayrou), oui la France est affaire de citoyens, oui chaque région française est affaire de citoyens…
    L’alternative du Peuple de citoyens à opposer au peuple multifractionné sur l’échiquier politique et balloté au grès des ballets parfois illisibles des leaders politiques, voilà qui a du sens et de la tenue !!!!
    C’est cela la force de l’alternative citoyenne par rapport à l’alternance qui risquerait de prolonger la funeste bipolarisation de la vie politique française dans laquelle tous les partis politiques s’enlisent ou s’atrophient les uns après les autres!

II. Changer radicalement la façon de faire de la politique

  • Garantir l’expression des talents du MoDem par la collégialité
    Comme un de nos amis l’a exprimé ce jour, quels que soient les talents de François Bayrou il ne peut à lui seul prétendre embrassé l’ensemble de réalités humaines de ce pays, et libérer la totalité des forces qui permettront selon ses termes si judicieux « redonner confiance à la société ».
    Un signe fort adressé par François Bayrou à l’opinion publique française sur la capacité du MoDem et de son président à redonner du souffle à la société française et à la vie politique serait d’instaurer cette collégialité et ces règles de gouvernance que Corinne Lepage réclame.
    Cela serait de plus cohérent avec l’idée de « gouvernement des meilleurs » que notre Président a évoqué récemment.

    Le MoDem avait comme l’avait fort bien résumé Marielle de Sarnez, « la plus belle équipe de France pour l’Europe »… de telles équipes demain, pour d’autres échéances, nous espérons et nous souhaitons que le MoDem soit capable d’en reformer.  Cela ne sera rendu possible que si cette collégialité et ces règles de gouvernance sont arrêtées et respectées.

  • Porter à son plus haut degré la conscience et la responsabilité des citoyens Le livret d’accueil du MoDem affirme « la démocratie est l’horizon de notre mouvement ».  Il donne une définition de cette démocratie vers laquelle il entend tendre en citant Marc Sangnier « l’organisation politique de la société qui vise à porter à son plus haut degré la conscience et la responsabilité des citoyens ».

    Conscience et responsabilité ! Des mots lourds de sens et d’engagements, terriblement exigeants par rapport à la manière de conduire l’action politique !
    Il semble que les dirigeants du parti socialiste au terme de leur seconde déroute électorale aient décidé de se tourner vers les français (le peuple de gauche essentiellement dans la vision hémiplégique de la vie politique française) et donc redécouvre les vertus de la démocratie.

    Le MoDem dès sa fondation s’est toujours tourné lui vers l’ensemble des français, puisque en capacité de briser le mur de la bipolarisation, et a fait de l’appelle à leur conscience citoyenne et à leur esprit de responsabilité sa « marque » orange.

    S’adresser aux citoyens, à leur intelligence, à leur sens civique, à un « vouloir vivre ensemble » est peut être un peu plus aléatoire pour gagner une élection à court terme, mais oh combien plus payant pour ancrer une formation politique dans la vie d’un pays et se forger une stature d’homme d’Etat, sage et rassembleur.

    Evidemment cela suppose notamment de privilégier :
    – les débats de fond aux petites phrases,
    – la justesse dans le jugement des actions et des hommes politiques ce qui n’exclut nullement ni la force de conviction ni l’intransigeance sur l’essentiel du débat du moment,
    – le respect des adversaires politiques et de leurs engagements.

    A ce titre il est absolument scandaleux que les « vainqueurs » des élections européennes sonne l’halali du MoDem et entendent le dépecer de sa composante écologiste. Ayez un peu de respect des convictions des autres et de retenue notamment vous Madame Eva Joly qui aviez participé à une réunion du MoDem.

  • Promouvoir et animer un Mouvement de citoyens engagés

« Le Mouvement Démocrate est un mouvement de citoyens engagés »

(article 1er de la Charte éthique du MoDem adoptée par le Congrés
fondateur du 2 décembre 2007).

Notre conviction est que chaque fois le MoDem s’est écarté de ce que
sous-tend cette révolution dans le paysage politique français, il s’est
inutilement au mieux fragilisé ou pire torpillé.

Pour illustrer ce propos il n’est que de se rappeler l’effet positif sur le
démarrage de la campagne et l’opinion publique de la présentation
des têtes de listes aux élections européennes issus de la « société
civile ».
L’UMP et le PS ont pour obsession de ressembler dans leur
composition militante « aux français » sans jamais être en
mesure  d’y parvenir car aspirants à n’être que le parti hégémonique
d’un bloc.
Le MoDem s’il se vivait davantage comme parti de l’Alternative
citoyenne que de l’alternance, compte tenu de sa position « Devant » a
naturellement vocation à être un Mouvement de représentation des
citoyens dans les différents lieux d’exercice de la souveraineté du
Peuple.

Avant les élections présidentielles de 2007, un tiers de l’électorat ne
se reconnaissait ni dans la droite, ni dans la gauche mais
probablement potentiellement d’abord « citoyen ».

Il faut reconnaitre que cela fait une belle base pour transformer un
pays en profondeur, à tous les niveaux d’administration de celui-ci,
avec cette belle ambition de replacer le citoyen au coeur de la vie
politique.

Valoriser toujours et partout les initiatives citoyennes, appeler de nouveaux talents à s’engager pour participer à la définition et à la mise en oeuvre d’un projet politique qui redonne confiance à la société est une ambition politique de moyen terme porteuse de succès électoraux aux diverses étapes de sa concrétisation.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Civisme et démocratie, MoDem, Sur le net, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Revenir aux fondamentaux du MoDem!

  1. benoitb dit :

    OUI ! Le point principal est le suivant : IL FAUT d’URGENCE UN PROJET AU MoDem !!
    Cf mon dernier billet :
    http://benoitb.lesdemocrates.fr/2009/06/modem-lurgence-dun-projet/

  2. Ping : MoDem Mouvement Civique » Blog Archive » Pour un retour aux sources du MoDem

  3. Ping : MoDem Mouvement Civique » Blog Archive » Les français ambitieux pour un MoDem à leur service

Laisser un commentaire