Peuple de citoyens, rempart contre l’Etat spectacle

François Bayrou vient de le réaffirmer « un recours contre les abus de pouvoir, c’est le peuple »! Le Peuple, celui de la Constituante, celui à qui appartient la souveraineté nationale et pour laquelle l’article 3 de notre Constitution  de 1958 affirme « Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. » Nous Démocrates affirmons que seuls des citoyens engagés peuvent se saisir de leur destin et se gouverner eux-même par l’intermédiaire de représentants qui respectent et redonnent confiance en la société!

Plusieurs éditorialistes et chroniqueurs de la vie politique, conscients des dérives du monde dans lequel ils baignent ont mis en avant ces dernières semaines la pertinence de l’oeuvre de Roger-Gérard Schwarzenberg « L’état spectacle » dont il vient de publier le tome 2. Alain Duhamel revient sur cet ouvrage dans sa chronique du Point de cette semaine sous un titre dont nous partageons la conviction : « la malédiction de l’Etat spectacle ». Avec la facétie qui lui est coutumière Alain Duhamel illustre cette malédiction en chroniquant en contrepoint l’ouvrage de Jean-Marie Rouart tout aussi malicieusement intitulé « Cette opposition qui s’appelle la vie »…en référence à cette affirmation de Balzac « J’appartiens à ce parti d’opposition qui s’appelle la vie. »

Le MoDem vrai rempart contre l’Etat spectacle

Aller à contre-courant de cette mise sous tutelle de la vie démocratique par les médias dénoncée également par Alain Duhamel, demande d’abord du courage politique. En effet, si les couronnes de lauriers se tressent et se fanent aussi vite dans les médias, ne pas y être pour un homme ou un Mouvement politique, c’est à coup sûr prendre le risque de ne jamais être en capacité de faire progresser dans l’opinion les idées qui permettront de lutter justement contre cette dictature de l’opinion, qui empêche au Peuple de batir son « vouloir vivre ensemble » et de le renouveler.

Aussi, lorsque notre ami souhaite que le MoDem puisse avoir des bons porte paroles pour parler à voix haute dans les médias, nous convenons volontiers de cette nécessité même si notre préférons les termes parler juste et clair au terme parler fort (les idées les plus fortes finissant toujours par triompher mezzo voce et particulièrement celle énoncées par F. Bayrou dans Abus de pouvoir qui vise à redonner confiance en la société).

Il nous semble que de ce point de vue, l’ouverture des listes MoDem pour les élections européennes à la société civile et à quelques un de ses brillants représentants -et en leur préservant justement une certaine autonomie pour qu’ils aillent avec leur personnalité au contact des français et donc de « la vie » (voir l’excellent reportage sur la campagne de JF Kahn dans le numéro de Marianne de cette semaine) a pu permettre au MoDem d’avoir de très bons porte-paroles et nous espérons que cela se traduira nettement dans les urnes le soir du 7 juin.
Ces candidats sont en phase avec les français qu’ils rencontrent parce que par conviction ou métier ils ont la fibre militante pour accueillir les « réalités humaines » (Robert Rochefort à Montpellier, conférence sur le Modèle européen) et les traduire en propositions politiques !!!!  Car depuis sa naissance à Athènes, la démocratie c’est faire des propositions pour l’intérêt général que le MoDem indépendant peut mieux que n’importe quel Mouvement chercher avec nos concitoyens (« Quelqu’un présente t’il à l’Assemblée quelque projet pour le Bien de l’Etat ?» (Euripide – Les suppliants). Oui, avec Jean-François Kahn nous pouvons dire « On n’est pas au milieu, on est en avant »! pour un combat d’avant garde contre l’Etat spectacle et pour un Peuple de citoyens !!!

Comme l’indiquait avec enthousiasme un Alsacien venu écouter JF Kahn à Molsheim (article d’Eric Conan Marianne 23 au 29 mai p. 27) « Avec Kahn, on comprends mieux ce qui nous arrive qu’avec les slogans des politiques ». Comprendre pour agir, débattre pour formuler des propositions réellement citoyennes voilà ce que l’élargissement de la base des militants du MoDem que nous espérons que cette campagne aura permis va toujours permettre de mieux faire. Disposer des forces militantes pour multiplier les Cafés démocrates voilà ce qui permettra au MoDem, bien au delà de l’échéance de 2012 (objectif 2112), d’être le Mouvement pour le XXIème siècle avec le projet humaniste qui est le sien.

Avoir 50 000 et pourquoi pas demain 100 000 porte paroles convaincus que la politique ne se fait pas à la corbeille, mais « dans la vie » et par la société, voilà une ambition réellement révolutionnaire que le MoDem est en mesure de réaliser.

Le MoDem pour un Peuple de citoyens !

Le MoDem s’est donné comme objectif  et doit avoir la force de conviction que travailler sans relâche à l’avènement de cette démocratie qui est selon l’idéal de Marc Sangnier “l’organisation politique de la société qui vise à porter à son plus haut niveau la conscience et la responsabilité des citoyens”. Cette voie, semble en effet, vu les attentes d’une grande partie d’un Peuple français porté à l’engagement (même si la vie associative souffre aussi de la réussite individuelle trop souvent montrée comme seul moyen de se réaliser et de réussir sa vie (cf la Rollex de Séguéla) porteuse de grandes perspectives en terme d’ancrage durable de notre Mouvement dans la vie politique française.

Ici nous croyons et portons un MoDem Mouvement civique, non pas énième parti centriste croupion de majorités de droite ou de gauche qui l’utilisent pour gagner les élections mais Mouvement central, indépendant et aiguillon de la vie politique pour que celle-ci redevienne ce qu’elle n’aura jamais dû cesser d’être c’est-à-dire selon l’expression de François Bayrou « affaire de citoyens ».

Nous croyons que fédérer des « citoyens engagés » est pour le MoDem, le gage d’être Devant (merci JFK) pour renouveller la vie politique française et remettre le Peuple au centre de celle-ci (celui dépositaire de la souveraineté nationale donc nécessairement éclairé de ses choix et responsable) donc lui permettre d’échapper à la dictature de l’opinion en revenant « au choc des idées et des forces » pour reprendre l’expression d’Alain Duhamel.

Il est à cet égard heureux que nos candidats aient produit à l’occasion de ces élections autant d’ouvrages écrits avec passion, pédagogie, clarté et clairvoyance et que notre Mouvement propose un programme auxquels nos adversaires ne peuvent opposer que des arguments faibles et tirés du passé pour réfuter que notre Mouvement tire fermement la vie politique française vers le haut pour que les français se réconcilient enfin avec elle.

Ce programme est issu de la vie démocratique interne d’un Mouvement qui sera, c’est sa vocation et sa force, de plus en plus tourné vers la société dans le cadre des « convergences démocratiques » pour créer un « Solidarnosc à la française » dont François Bayrou a parlé. En effet, comme il est rappelé en fin de document « Ce programme a été élaboré grâce aux contributions fournies par les seize groupes de projet Europe mis en place à la mi-octobre, auxquels ont participé plus de 3 500 adhérents. Adopté lors du Conseil national du 24 mars, il a, par la suite, été enrichi en particulier lors des travaux des huit Conventions thématiques qui se sont tenues aux mois de mars, avril et mai. » Nous avons dit à quel point la passion de la médiation entre les responsables politiques et la société civile devait être la marque et l’âme commune au MoDem, afin que celle-ci se sente respectée, autonome et non point inféodée au politique. Car comme l’affirme Jean-François Kahn et c’est la force des citoyens libres dont l’ambition se limite à servir leurs concitoyens « Moi je dis la même chose en privé et en public » (Marianne sus-cité p. 27).  Alors que Messieurs Copé et Désir font allusion à de supposés mensonges destinés à mystifier les électeurs, soyons tous tendu vers cette exigence de la vérité du débat (cf charte éthique du MoDem) porteuse de la confiance retrouvée et renouvellée à l’avenir de nos concitoyens.

Seule l’indépendance du MoDem nous permettra de nous adresser aux français de tous horizons et surtout à ceux qui ont trop pris l’habitude de déserter les urnes pensant que leur sort et leur vie quotidienne n’intéressent pas les représentants du Peuple. Vive les Cafés démocrates pour l’émergence d’un Peuple de citoyens! Comme un de nos amis l’a proposé, promouvons l’idée d’un Ministère du citoyen (et tant pis ou tant mieux si d’autres s’emparent de cette belle idée) !




Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Civisme et démocratie, Dans les médias, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.