La passion de la médiation comme âme commune

« Sans bonne foi, sans courtoisie, sans mesure, sans goût de la justice, sans sens de la responsabilité, amour de la vérité et amour du prochain, toutes les règles et les institutions politiques sont des objets morts et sans valeur », le MoDem doit tenir compte de cet avertissement de Vaclav Havel (Méditations d’été, 1992, p. 152).

La fraternité définie par Emmanuel Lévinas comme « une complicité pour rien » doit également bien sûr si possible être partagée entre les membres du MoDem pour qu’ils soient plus à l’aise pour la manifester auprès de nos concitoyens.

Au surplus, il faut que le MoDem soit passionnément un mouvement de médiateurs.

Il ne s’agit pas de la médiation au sens classique du terme car le MoDem entend être engagé.

Toutefois, le fait de se revendiquer indépendant et son positionnement comme Mouvement civique, humaniste confère à ses adhérents la possibilité de se sentir d’abord comme médiateurs entre les citoyens et le pouvoir politique.

Selon l’expression de Jean-Louis Lascloux la médiation « s’appuie sur ce qui fait l’essentiel de l’humain, la capacité de raisonner, l’égalité des droits et l’accueil de la diversité ».

Le MoDem inscrit sa démarche qui permet en effet :
– de laisser s’exprimer les points de vue de tous (dans la limite des lois de la République bannissant les « opinions » contraires à la dignité de l’homme,
– de trouver les points d’accords ou de convergences entre les « parties prenantes »
– de reconstruire une relation entre les parties prenantes (ou dans notre cas aussi de consolider cette relation),
– afin de trouver un accord qui soit accepté par tous.

Signe du délitement du pacte social, depuis une trentaine d’années et la création du médiateur de la république, les lieux, domaines et formes de médiation se sont multipliés en France, le plus souvent avec bonheur.

Une médiation intervient toujours en référence à une régle qui procède soit de la législation pénale, civile, sociale, commerciale ou autre, soit du respect de
réglements ou de règles de la vie collective.

Parce que son positionnement le permet, il est nécessaire que le MoDem se fasse le champion du débat de fond, du dialogue, et de la parole libre : « C’est en donnant à la parole individuelle une liberté, une sincérité, une précision et une portée nouvelles que la vie pourrait gagner en profondeur, en saveur et en joie. Difficile,
risquée, la parole libre est la réponse majeure aux emprises totalitaires et aux solitudes individuelles, le moyen d’une renaissance dont les formes nous demeurent inconnues »
a affirmé Jean-Marie Domenach.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Convictions, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La passion de la médiation comme âme commune

  1. Ping : MoDem Mouvement Civique » Blog Archive » Indispensable Petit dictionnaire pour aimer l’Europe

Laisser un commentaire