Succès des Lib-Dems: deux espoirs pour le MoDem

« Nous avons eu 65 ans de Travaillistes et de Conservateurs : les mêmes partis se succèdent et font les mêmes erreurs, vous laissent tomber. C’est le moment pour quelque chose de différent. C’est le moment pour quelque chose de meilleur » affirme Nick Clegg en exergue de l’introduction du Manifeste des Lib-Dems. Nick Clegg le leader des LibDem enregistrera le 6 mai prochain, nous l’espérons, une victoire sans précédent pour les Libéraux-Démocrates aux législatives britanniques sur la base d’un projet politique alternatif fondé sur l’équité et la justice et une stratégie politique basée sur l’INDEPENDANCE.

Comme le souhaite notre ami démocrate L’hérétique sur son blog (cité par Marianne) « puisse cet exemple inspirer le MoDem pour son avenir ».

En effet, contrairement à ce qu’indique Bernard Lehideux à Médiapart « «Il y aurait un côté ridicule à se précipiter sur le succès de Nick Clegg (candidat des Lib dems). Mais l’idée selon laquelle une voie démocrate socio-libérale se développerait nous intéresse et François connaît bien Clegg.»  il est tout sauf ridicule pour le MoDem  de regarder ce qui se passe outre Manche.

Certes il convient d’être prudent tant vérité en deçà des Pyrénnées peut être erreur au-delà, mais pour nous il convient d’en retenir au moins deux enseignements majeurs :

–  un mouvement démocrate INDEPENDANT est viable et peut valablement trouver sa place durablement sur les échiquiers politiques des pays européens. Nous l’avons toujours affirmé ici, y compris dans un système institutionnel cadenassant la vie politique dans la bipolarisation, l’indépendance réelle est une force est nullement un handicap, elle est comprise dans la durée lorsqu’elle s’appuie sur une doctrine claire et constante (« Libéraux démocrates sont différents. Quand il s’agit de prendre des grandes décisions -sur les banques, sur l’environnement, sur la guerre en Irak- nous sommes le seul parti qui a parler vrai » peut affirmer Nick Clegg).

L’essentiel est dans la force d’un message rassembleur comme « la France de toutes nos forces » ou comme « Building a fairer Britain » (construire une Angleterre plus juste) et surtout d’une pratique politique nouvelle « change that works for you » (le changement pour vous): les citoyens d’abord !

Le succès des Lib-Dems serait une double  raison d’espérer pour les démocrates du MoDem :

1) Les Lib-Dems est un mouvement « ailleurs » et non pas centriste

Notre ami Jean-François Kahn a raison, les libéraux-démocrates, au vu de leur manifeste, ne sont pas un parti « centriste »  mais un mouvement « ailleurs ou autre part ».  Jean-François Kahn a une nouvelle fois raison : « C’est de cette cohérence-là (ndl : celle de la doctrine), c’est de ce refus de se recroqueviller, soit sur un positionnement topographique, soit sur le culte d’un chef, que le Parti Libéral anglais (qui lui, il est vrai, n’a pas été constamment subverti par les trahisons) récolte aujourd’hui les fruits. »
Reprendre les traditionnels poncifs français et la classification de nos adversaires politiques en indiquant que les les Lib-Dems seraient de centre-droit en économie et de centre-gauche sur les questions de société est passer à côté de ce qui fait la force de tout mouvement démocrate et que les Lib-Dems mettent fort à propos comme le marqueur essentiel de leur identité politique : le retour à l’équité en commençant par REDISTRIBUER LE POUVOIR. Voir page 9 du Manifeste (excuser par avance les lacunes éventuelles de la traduction) « A la racine des problèmes actuels de la Grande Bretagne est l’échec dans la distribution équitable du pouvoir entre les gens. Le pouvoir politique a été confisqué par les politiciens et l’Administration; le pouvoir économique a été trusté par les grandes entreprises. Les deux sortes de pouvoirs ont été enlevés aux citoyens ordinaires, nous laissant avec une société fragile marquée par les inégalités, la dégradation de l’environnement et une économie en récession. Si la politique du gouvernement est changée à la marge (l’approche des Travaillistes et des Conservateurs) les problèmes de la Grande-Bretagne ne seront pas résolus. Nous ne pouvons changer cela que par une action radicale » La philosophie Libérale Démocrate est basée sur une simple ambition : distribuer équitablement le pouvoir aux citoyens. De cet objectif du Printemps de l’équité, nous tirons les quatre priorités  qui sont la colonne vertébrale de notre Manifeste. Chacune de ces priorités va redistribuer le pouvoir de façon différente, qu’il soit économique, social, politique ou financier. Chacune va changer la Grande Bretagne pour le meilleur ».

Sauf erreur de ma part, le coeur des convictions des Lib-Dems est proche de l’intuition de Marc Sangnier concernant la démocratie comme “l’organisation politique de la société qui vise à porter à son plus haut degré la conscience et la responsabilité des citoyens” auquel notre Mouvement se réfère fort opportunément (voir livret d’accueil du MoDem page 5).

Si le succès des Lib-Dems est l’occasion pour le MoDem de retourner à ses fondamentaux c’est une première source d’espoir pour les Démocrates.

2) Le Manifeste des Lib-Dems est un projet humaniste ambitieux

Comme le remarque l’Hérétique le programme des Lib-Dems est fort bien construit, clair, accessible, direct et concret tout en dégageant une impression de robustesse et de clarté de la doctrine dont « la société équitable » (fairness society) assure la cohérence avec une grande efficacité.

Les problèmes de la société britannique pointés par les Lib-Dems étant assez largement ceux de notre pays et ce depuis un moment c’est sans surprise que nous y retrouvons des thèmes de la campagne de François Bayrou en 2007.

Nous sommes de ceux qui pensent que, s’il convient parfois d’adapter les messages en fonction des évènements de la vie politique, le temps politique est fort heureusement UN TEMPS LONG pour ceux qui ambitionnent à la fois d’installer un mouvement politique dans la durée (voir MoDem objectif 2112), comme pour ceux qui souhaitent endosser les habits de l’homme d’Etat. La constance et la patience sont donc deux vertus cardinales pour des démocrates.

Nous sommes donc heureux de constater qu’entre le Manifeste des Lib-Dems et le projet humaniste du MoDem il y a une grande convergence sur les orientations. Toutefois, nous tenons à saluer la force de l’impact du message structuré autour de cette idée essentielle en démocratie qu’est l’équité; la justice voire l’honnêteté. Lorsque nous ouvrons un dictionnaire des synonymes anglais  nous ne pouvons qu’être ému par la force de ce « fair » (pour juste) pour un démocrate : disinterested, even-handed, honest, honourable, impartial, just, lawful, legitimate, non-partisan, open-minded, proper, right, unbiased, unprejudiced, upright. Il en serait de même pour « fair » comme synonyme d’acceptable.

Cette approche nous séduit d’autant plus que nous avons toujours plaidé ici pour un MoDem indépendant dont la seule boussole idéologique serait l’intérêt général. Or qu’est-ce qu’une société juste ou équitable si ce n’est une société au sein de laquelle l’équilibre de l’intérêt général est toujours recherché par les élus du Peuple?

Les 4 priorités des Lib-Dems pour la Grande Bretagne ne sont-elles pas aussi des questions essentielles pour notre pays?

– Des impôts justes dont vous avez un retour dans vos poches,

– Une chance égale pour chaque enfant,

– Un avenir juste, créant de l’emploi en rendant la Grande-Bretagne plus verte,

– Un contrat honnête envers vous de la part des hommes politiques.

Ces constats permettent d’entretenir un second espoir, résultant de la conviction profonde que ce ne sont pas les valeurs ni le positionnement indépendant du MoDem qui ont été à la source de ses difficultés électorales récentes, mais bien au contraire, l’absence de constance et de clarté avec laquelle ce projet et cet espoir nouveau pour les citoyens français a été porté.

En politique seule la clarté et la constance des convictions porte des fruits dont il faut attendre patiemment la récolte. Dans Abus de pouvoir François Bayrou indiquait que l’essentiel est de « donner confiance à la société ».

Soyons heureux et fiers comme Démocrates que Nick Clegg soit en mesure d’y contribuer largement en Grande Bretagne ! Celà serait déjà un bon signe pour notre propre avenir!

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Actualités, Civisme et démocratie, MoDem, Monde, Projet politique, Sur le net, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire